Skip to Content

Nanobiotix annonce la publication de l’étude d’un premier cas clinique de traitement par NBTXR3 dans le cancer du pancréas

09 Fév. 2022 à 4:15 PM EST

 

Étude d’un cas clinique publiée dans Clinical and Translational Radiation Oncology

 

  • Un cas clinique revu par des pairs rapporte des données préliminaires sur la première administration à l’homme de NBTXR3 dans le traitement du cancer du pancréas non éligible à la chirurgie, démontrant la faisabilité de l’injection et l’absence de toxicité liée au traitement.
  • L’étude de ce cas clinique montre pour la première fois la faisabilité de l’administration de NBTXR3 par voie endoscopique dans une tumeur viscérale profonde. Cette nouvelle possibilité d’administration de NBTXR3 s’ajoute à un ensemble croissant de données cliniques suggérant la faisabilité de l’injection dans le cancer du pancréas, le cancer de la tête et du cou, le cancer du poumon, le cancer du foie, le cancer colorectal, le cancer de l’œsophage, le cancer de la prostate et les sarcomes des tissus mous.

 

Paris, France ; Cambridge, Massachusetts (USA) ; 9 Février 2022 – NANOBIOTIX (Euronext: NANO – NASDAQ: NBTX – la « Société ») est une société française de biotechnologie en phase de développement clinique avancé, pionnière des approches fondées sur la physique pour élargir les possibilités de traitement des patients atteints de cancer, annonce aujourd’hui la publication d’un cas clinique revu par des pairs (« peer-reviewed ») par les chercheurs du MD Anderson Cancer Center de l’Université du Texas dans Clinical and Translational Radiation Oncology. L’étude de cas fait état de la première expérience d’un patient ayant reçu un traitement par le radioenhancer, NBTXR3, potentiel « first-in-class », dans le cadre d’un adénocarcinome du canal pancréatique (« PDAC » ; cancer du pancréas).

 

NBTXR3 pouvant être une thérapie potentielle du traitement de toutes les tumeurs solides seul ou en combinaison avec différents agents anti-cancéreux, Nanobiotix et le MD Anderson collaborent pour étendre le développement de NBTXR3 au-delà des aires thérapeutiques prioritaires de la Société (carcinome épidermoïde de la tête et du cou localement avancé et immunothérapie). Cette étude de phase I en cours sur le cancer du pancréas est l’une des cinq études de phase I ou de phase II en cours, actuellement menées dans le cadre de cette collaboration.

 

Cet essai clinique de phase I évalue le profil de tolérance de NBTXR3 activé par radiothérapie (« RT ») chez les patients atteints de PDAC localement avancé ou à la limite du caractère résécable, ainsi que la dose recommandée pour la phase II (RP2D) pour une future évaluation de l’efficacité. L’étude de cas publiée dans Clinical and Translational Radiation Oncology, porte sur le premier patient à avoir reçu une administration locale par voie endoscopique de NBTXR3 dans une tumeur viscérale profonde. Le patient est un homme de 66 ans atteint d’un PDAC localement avancé et non résécable qui a reçu une administration locale par voie endoscopique NBTXR3 suivie d’une RT à modulation d’intensité. L’imagerie par tomodensitométrie n’a montré aucune fuite visible du radioenhancer en dehors de la tumeur injectée. Lors de l’évaluation initiale de suivi, la lésion est restée radiographiquement stable, le patient n’a pas présenté de toxicité liée au traitement suggérant la faisabilité de la mise en œuvre de ce traitement.

 

Le PDAC est l’une des principales causes de décès liés au cancer dans le monde aujourd’hui. Pour les patients atteints de PDAC qui ne sont pas éligibles à la chirurgie, il a été démontré que la RT améliore le contrôle local de la maladie. Cependant, l’administration en toute sécurité de doses thérapeutiques de rayonnement reste difficile en raison de la toxicité pour les tissus sains environnants. Bien que les radiosensibilisateurs systémiques aient été évalués dans cette indication, ces agents augmentent à la fois la sensibilité des tissus tumoraux et des tissus sains. En revanche, en raison du potentiel de NBTXR3 à augmenter la dose de RT dans la tumeur sans augmenter la dose dans les tissus sains environnants, le radioenhancer est évalué comme une nouvelle option pour répondre à cet important besoin médical non satisfait.

 

« Il est crucial de développer une thérapie efficace pour améliorer les résultats du traitement tout en atténuant la toxicité hors cible pour les patients atteints de cancer du pancréas localement avancé », a déclaré Eugene Koay, MD, PhD, professeur associé de radio-oncologie à MD Anderson. « La faisabilité initiale de l’injection de NBTXR3 décrite dans cette étude de cas constitue un pas en avant important alors que nous déterminons la dose recommandée pour la phase II et le potentiel du radioenhancer pour aider les patients atteints de cette maladie difficile. » 

 

Nanobiotix prévoit d’établir la dose recommandée pour la phase II pour NBTXR3 dans le cancer du pancréas en 2022.